Bienvenue
à La Closerie      de l'Autan !

Welcome!

¡Bienvenida!

Benvengut!


Chambres d'hôtes
Fenouillet (31150)

A très bientôt !

Un grand merci à nos hôtes pour leur soutien et leur confiance.
Après une saison 2022 riche de nombreux échanges passionnants et de belles rencontres, La Closerie de l’Autan ferme ses portes pour les périodes automnale et hivernale à compter du 6 octobre 2022.

Nous aurons le plaisir de vous accueillir de nouveau au Printemps 2023. A très bientôt !
Corinne et Jean

Ils parlent de nous...

Deux articles concernant La Closerie de l’Autan ont été publiés au cours des derniers mois :
- le premier dans le numéro de mai-juin du Magazine de la commune de Fenouillet ;
- le second, en juillet, dans La Dépêche du Midi.

Jadis ferme traditionnelle du pays toulousain datant de la fin du XIXème siècle, La Closerie de l’Autan propose à ses hôtes deux hébergements pour un accueil familial simple et chaleureux. Elle se situe dans la commune de Fenouillet au nord-ouest de Toulouse. La Closerie est reliée à la fibre, et Internet est disponible dans toutes les pièces par WIFI.

Avec sa structure de briques rouges et de galets de Garonne, et ses contrevents en bois, la bâtisse est bien protégée pour faire face au vent du pays : l’Autan ! Elle est implantée dans un vaste jardin accueillant et paisible : suivant les saisons, violettes, jonquilles, iris, roses anciennes, pivoines, bourraches, mauves, etc., apportent des touches colorées à l’écrin de verdure fait d’arbres ornementaux et de fruitiers. Quelques poules et coqs, ainsi qu’un chat, tous dociles, sont les autres pensionnaires de ce lieu privilégié.

C’est avec grand plaisir que Corinne et Jean vous accueilleront à La Closerie de l’Autan — demeure familiale depuis 4 générations — pour une étape de détente et/ou un séjour propice à la découverte des alentours et de la région d’Occitanie. Revenus au pays après plusieurs années passées à l’étranger et forts de cette expérience de par le monde, ils ont à cœur de donner une nouvelle vie à cette maison de famille en y accueillant à leur tour des hôtes de tous les horizons venant dans notre belle région. « Convivialité, échange, quiétude, petit déjeuner intercontinental, sont les piliers de l’accueil que nous nous efforçons de réserver à nos hôtes : notre ambition pour La Closerie de l’Autan est de cultiver l’authentique d’une maison familiale alliant les charmes d’hier et d’aujourd’hui ». Une période de grand vent lors de la gestation de notre projet nous a « soufflé » le nom de la Maison d’hôtes… Du latin altanus (vent de la haute mer), l’Autan est un vent singulier qui parcourt l’Occitanie du sud au nord. Parfois accusé de vent turbulent « qui peut rendre fou », ses vertus climatiques — « brise marine s'étendant jusqu'à l'ouest toulousain » — sont néanmoins fort appréciées à la belle saison !

Situé entre la Garonne et le Canal Latéral (Canal de Garonne), Fenouillet se trouve à 10 kms du centre de Toulouse et 6 de l’Aéroport Toulouse Blagnac. A noter qu'une piste cyclable aménagée le long du Canal de Garonne offre une belle opportunité pour se rendre à Toulouse depuis Fenouillet, tout en profitant de la fraîcheur de ses berges. La Closerie constitue donc une étape particulièrement bien adaptée pour les cyclistes parcourant le Canal de Garonne et/ou le Canal du Midi.
L’origine étymologique latine et/ou occitane du nom de la commune reste incertaine ; elle pourrait provenir :
- soit de fenoletum (foin, fourrage), ce qui serait justifié par les importants pâturages qui ont subsisté pendant des siècles en bordure de la Garonne,
- soit de foeniculum (foin de petite taille) qui a donné l’occitan fenolh et le français fenouil ; augmenté du suffixe collectif -etum (puis, -et), Fenolhet désigne un endroit où abonde le fenouil.
Trois points saillants marquent l'Histoire de Fenouillet :
- La présence celte : pièces d’orfèvrerie du IIIème siècle découvertes lors du creusement du Canal Latéral au milieu du XIXème siècle — les torques de Fenouillet, conservées au musée Saint Raymond à Toulouse.
- Les crues de la Garonne : notamment celle de 1875, immortalisée par le « Que d’eau, que d’eau » du président Mac Mahon ; Émile Zola a relaté cette crue dans sa nouvelle « l’Inondation » ; mais, une lecture attentive révèle qu’il fait couler le fleuve à contre-courant...
- L’inspiration pour Henri Matisse : à la fin du XIXème siècle, l’artiste y a peint plusieurs toiles. Un chemin de randonnée serpente aujourd’hui sur ses pas dans les « Ramiers » situés dans les méandres du fleuve.